Intervention d'Henri Emmanuelli à la réunion publique Un Monde d'Avance "Comment rassembler la Gauche ?"

Réunion publique « Comment rassembler la Gauche ? » – Intervention d’Henri Emmanuelli

INTERVENTION D’HENRI EMMANUELLI,
Député des Landes,
Président du CG des Landes,
Animateur d’Un Monde d’Avance

« C’est l’année de l’anniversaire de Jean Jaurès et entendre dire que la gauche peut mourir m’a beaucoup choqué. Je ne sais pas si la gauche peut mourir ; mais ce que je sais c’est qu’on doit tout faire pour qu’elle vive.»
« Pour que la gauche vive il faut qu’elle soit rassemblée. Elle arrive à survivre séparée, mais si on veut qu’elle vive réellement il faut qu’elle soit rassemblée. »
« Les militants sont aujourd’hui considérés comme des moutons alors qu’on devrait les considérer comme des citoyens capables d’autonomie. Il faut les remettre au centre du jeu. Je propose que nous lancions une pétition dans le Parti socialiste. »
 
Intervention d'Henri Emmanuelli à la réunion publique Un Monde d'Avance "Comment rassembler la Gauche ?"

Intervention d’Henri Emmanuelli à la réunion publique Un Monde d’Avance « Comment rassembler la Gauche ? »

Pour visionner la vidéo de l’intervention : https://www.youtube.com/watch?v=IXp1cI7ZVy8

Discours

Je voudrais d’abord remercier la présence de Pierre Laurent.

C’est l’année de l’anniversaire de Jean Jaurès et entendre dire que la gauche peut mourir m’a beaucoup choqué. Je ne sais pas si la gauche peut mourir ; mais ce que je sais c’est qu’on doit tout faire pour qu’elle vive. Nous sommes dans une situation difficile sur le plan international et en Europe. Cette « stagflation » devient inquiétante.

En France nous avons vécu les municipales et les européennes. Les sympathisants sont passés de l’étonnement à la sidération. Pour que la gauche vive il faut qu’elle soit rassemblée. Elle arrive à survivre séparée, mais si on veut qu’elle vive réellement il faut qu’elle soit rassemblée.

Je suis d’accord avec Pierre Laurent, nous ne pouvons être rassemblés que sur des projets, pas seulement sur des effets de salle ou pour constituer des listes pour les élections. C’est à partir des sujets de fond, et il y en a, que l’on peut construire quelque chose ensemble. 

J’ai bien entendu Jean Christophe Cambadélis qui va lancer les Etats Généraux de la Gauche.  Il y a juste un problème : rassembler la gauche implique que l’on change de politique. Avec la ligne actuelle, je ne vois pas comment la gauche peut se rassembler. 

Je suis aussi sidéré par le rôle qui est donné au Parlement. Si nous sommes les frondeurs, qui est Louis 14 ? Je voudrais remercier les camarades qui ont travaillé pour essayer d’infléchir cette politique. Ca n’est pas quelque chose de très transgressif, cela n’est même surement pas assez pour nos partenaires de gauche. Le premier ministre aurait mieux à faire que le conseiller principal d’éducation. Je le dis comme je pense.

Alors qu’est-ce qu’on peut faire ?

Les militants sont aujourd’hui considérés comme des moutons alors qu’on devrait les considérer comme des citoyens capables d’autonomie. Il faut les remettre au centre du jeu. Je propose que nous lancions une pétition dans le Parti socialiste. 

Il y en a une qui doit considérer les institutions. Tout est bloqué. Aujourd’hui ce n’est plus possible : ce système est bloqué, indépendamment des personnes qui occupent les postes suprêmes. Les institutions, qu’on a commencé à modifier en 2001, ne peuvent plus fonctionner normalement. Il faut aller jusqu’au bout de la réflexion. Il faut demander à notre parti une convention sur nos institutions. Il faut que le sujet soit abordé et débattu. On verra bien si les militants jugent que les parlementaires ont trop de pouvoirs ou pas.

Il y a une deuxième pétition à faire également sur la réorientation de l’Europe. Il faut que l’on ait un débat dans le Parti socialiste. Il faut demander aux militants s’ils souhaitent, ou pas, qu’il y ait des conventions thématiques sur des sujets comme celui-là. Il faut qu’on bouge, à l’intérieur du parti, comme à l’extérieur, sinon on risque l’accident. Il ne suffira de brandir les problèmes du FN ou de chercher le miracle dans le front républicain. Nous avons perdu les catégories populaires. Elles ne vont pas revenir de façon évidente. Je crains qu’une partie des militants UMP soient ralliés à l’alliance avec le FN. La bataille qui va se jouer à l’UMP va être celle-là Ce sujet peut dessiner une situation ultra dangereuse.

Je ne crois pas au rassemblement contraint de la gauche.  Cela doit être voulu, souhaité et attendu. Les élites préparent les esprits à la banalisation de l’extrême droite. Comme si avoir le FN au second tour de l’élection était finalement quelque chose de banal.

J’espère que la discussion avec nos partenaires sera fructueuse et qu’elle pourra se poursuivre.

 

Pour télécharger le compte-rendu complet (pdf) : Compte-rendu de la réunion publique Un Monde d’Avance « Comment rassembler la Gauche ? »

Pas de commentaire